BE HAPPY

Journée mondiale de l’AVC, je vous partage mon vécu.

Le contexte

Alors voyons, je ne sais pas comment débuter cet article qui est vraiment important pour moi. J’ai envie de vous dire tellement de choses. Tout d’abord, je vais vous replacer un peu le contexte. Ce sujet est assez frais, car c’est quelque chose qui est arrivé dans ma vie il y a trois semaines. J’étais déjà dans l’engrenage d’une boucle d’événements assez moyens depuis quelques temps avec la rupture, qui a entrainé la perte de l’appartement et le retour chez mes parents, puis ensuite plus de boulot, les recherches qui n’étaient pas très fructueuses, les déceptions dans mes rencontres ect. Puis, il y a eu la semaine fatale, là ou tu te dis que finalement tu as fais un peu le tour de toutes les merdes mais qu’en fait, tu ne le sais pas encore, mais tu n’es cependant qu’à la surface. Et que tu vas plonger un tout petit peu plus profond sinon ça ne serait pas drôle.

Cette semaine là, le mercredi, je reçois un appel en urgence de la clinique vétérinaire, mon petit Maki s’était fait renverser. J’étais effondrée. Mon chat, c’est peut être idiot mais c’est mon petit bébé chéri. Les nouvelles n’étaient pas bonnes. J’ai beaucoup pleuré. Le jeudi, on nous explique qu’il souffre de trop et que rien ne pourra le sauver, ses deux pattes arrières étant fracturées et nécrosées. J’ai donc du dire en revoir à mon petit chaton. Si jeune mais qui m’a apporté énormément d’amour.

La crise

Bref j’arrive dans le cœur du sujet. Semaine difficile. On se dit là c’est bon. On a atteint le bout du bout. Bah non. Le bout du bout il est arrivé dimanche. 8h30, je dormais, le téléphone sonne, ma belle-mère. Et de suite dans ma tête « putain qu’est ce qu’il se passe ? ». « Papa a eu un AVC ». Boom cette phrase, cet instant où tout s’est écroulé. C’est drôle car à ce moment là, j’ai eu l’impression que ma tête se séparait de mon corps. Je me suis levée t’elle une furie dans le couloir en panique. Puis j’ai plongé à nouveau 30 sec dans le lit, en boule, pleurant toutes les larmes de mon corps. Puis ravalant tout d’un coup et bondissant dans mes fringues pour prendre la route. Là, j’ai retrouvé ma belle mère qui avait vécu le choc de la crise. Puis on a du attendre. Deux heures qui ont semblées une éternité. J’étais stoïque. Aucune réaction, aucune émotion. J’étais complètement paralysée. Je ne savais pas ce qui aller se passer. Je n’étais clairement pas préparé à perdre mon père. Même si on est jamais préparé à ce genre de choses, les accidents comme ça rendent tout beaucoup plus violent. Puis c’est idiot, mais à ce moment là tu penses aussi à ta propre vie. Tu te dis que tu n’as encore rien accompli. Que finalement tu n’as pas encore partagé les choses fondamentales de la vie avec ton père. Que j’aimerais que le jour où il parte, il soit fière de moi. Bref on pense à plein de choses. J’en ai encore la boule au ventre. Et puis il y a la maladie en elle même. Je me suis mise à chercher sur internet. Et là c’est pas joli joli. Et franchement ne le faites pas. Avec l’AVC chaque cas est vraiment très différent c’est incroyable. La seule chose vraiment essentielle, et qu’il est finalement important de rappeler, c’est la rapidité de la prise en charge. Les symptômes sont souvent les mêmes : engourdissement ou paralysie d’un côté du corps, perte d’équilibre, difficulté à s’exprimer, trouble de la vue ect. Il faut appeler les secours immédiatement, chaque instant compte. Et dans notre malheur, ma belle mère était avec lui à ce moment là, et je peux vous dire que ça a tout changé.

L’espoir

Enfin, le coup de téléphone, la panique mais à la fois la délivrance. Il était en vie. Sur le vif on est déjà soulagé. Ce qu’il faut savoir également sur l’AVC, c’est que s’est un caillot qui se forme dans le cerveau et ainsi il n’est plus irrigué. Selon le temps avant la dissolution du caillot et l’endroit où il est situé, les séquelles sont plus ou moins importantes et différentes. Dès que nous avons eu le feu vert nous nous sommes rendus aux soins intensifs neuro vasculaires de l’hôpital. Bouleversée et à la fois toujours dans cet état second, j’ai enfin vu mon papa. Il était là, vivant, conscient. Il avait retrouvé la mobilité de ses membres. Mais il ne pouvait pas parler. L’équipe médicale vient alors nous expliquer que son AVC était assez important, que l’on ne pouvait pas évaluer tout de suite les séquelles, qu’il faudrait attendre tous les examens complémentaires du lendemain. On était donc un peu dans le flou. Ce qui m’a bouleversé le plus c’est le regard de mon papa. Je l’ai toujours vu comme un homme fort. Et là je voyais la peur dans ses yeux. Il avait eu si peur. C’est un vrai choc pour nous, mais aussi pour lui qui se rend compte, qu’en un fragment de seconde, tout aurait pu basculer. Il y avait à la fois ce sentiment de soulagement mais aussi d’inquiétude pour la suite. Et au départ, cette frustration de ne pas pouvoir parler. On est ensuite rentré à la maison. Toujours à moitié en dehors de nos baskets. Les soirées étaient silencieuses, les nuits insomniaques. Mais nous avancions. Tous soudés. Avec chaque jour de nouveaux espoirs. On s’accrochait à chaque amélioration. Chaque bonnes nouvelles. C’est ce qu’il faut. Même si vous savez que le chemin pourra être long. Il faut se raccrocher à la moindre lueur d’espoir et ne pas baisser les bras. Pour vous et la personne qui se bat. A ce moment là, j’ai aussi eu besoin de témoignages. Et j’ai été surprise de voir le nombre de personnes qui ont été touchées par ça de près ou de loin. Et ce qui est quand même revenu souvent, c’est qu’il a fallu du temps, mais que la personne reprenait le dessus et continuait à vivre même avec quelques petites séquelles. Et ça ça fait chaud au cœur.

Le combat

En parlant de se battre, cette « maladie » c’est un vrai combat. Les séquelles peuvent être plus ou moins diverses. Même si, il ne faut pas oublier que malheureusement, un AVC peut être aussi fatal. Il peut ensuite entrainer paralysie totale, d’un côté, perte de mémoire et aphasie (troubles de la parole). On a découvert plein de nouveaux mots au moins. Papa s’est vraiment battu comme un fou. Et il a eu aussi beaucoup de chance. L’équipe médicale (qui a vraiment été d’un énorme soutien et professionnalisme) parle même de cas rare. Dans notre malheur on a eu beaucoup de positif. Il a récupéré toute son autonomie, tout le fonctionnement de ses membres. Au bout du troisième jour il remarchait déjà. Chaque victoire était une bouffée d’oxygène pour nous mais aussi et surtout pour lui. Chaque jour des mots revenaient dans sa bouche, puis des phrases. Même si tout n’était pas toujours cohérent, les progrès étaient fous. Il se stimulait et travaillait sans relâche. Après il faut savoir que le corps est très fatigué. C’est un vrai choc pour lui. Il a besoin d’énormément de repos. Papa a récupéré tellement vite qu’il a pu sortir de l’hôpital 5 jours après ! On y croyait pas. Faut dire que la maison était vide sans lui. Mais le combat n’est pas fini. Mais je sais qu’il ne lâchera rien. La vie est finalement trop précieuse. Je suis vraiment incroyablement soulagée de cette récupération fulgurante. Il reste encore un peu de chemin et beaucoup de repos. Papa est désormais arrêté trois mois, il dort pour que son corps récupère et il travaille deux, trois fois par semaine avec l’orthophoniste pour récupérer une diction plus fluide et retrouver tous les mots et les constructions de phrases qui peuvent échapper parfois. C’est ensuite aussi un médicament pour fluidifier le sang et un contrôle chez le neurologue. C’est aussi un changement de vie qui m’a rendu si fière et que je vous parle dans le dernier chapitre.

La renaissance

De cette épreuve des choses positives en sont sorties. Tout d’abord pour mon papa, qui a été si fort et qui a complètement changé son hygiène de vie en quelques jours. Plus de cigarettes après presque 40 ans à fumer, plus d’alcool, beaucoup plus de patience, de positivisme. Il fonce, il nous cuisine des petits plats en ce moment. Il ne se laisse pas abattre de rester à la maison. Je suis vraiment fière de lui. De nous tous. De comment nous avons et faisons face à cette épreuve, soudés. Moi aussi ça m’a changé. Je relativise beaucoup de choses. Je me suis un peu recentrée sur l’essentiel. J’ai essayé d’enlever tout ce qui me parasitait inutilement. J’ai découvert que j’étais forte. Plus que je ne le pensais. J’ai essayé de tirer le plus de choses bénéfiques de ce moment difficile. Alors aujourd’hui, en cette journée mondiale de l’AVC, je voudrais juste vous dire de prendre soin de vous, soin de vos proches. De ne jamais baisser les bras, de se battre, que la vie en vaut le coup. Que chaque petit pas est une grande victoire. N’hésitez pas à échanger, en parler autour de vous. Moi ça m’a aussi énormément fait de bien. Et si vous vivez cette épreuve ou n’importe quelle épreuve de la maladie, je vous donne toute ma bienveillance et ma force.

    4 COMMENTS

  • Elise 29 octobre 2018 Reply

    Coucou Aurore,

    J’avoue que je te lis beaucoup sur Instagram mais que je n’étais jamais venue faire un tour par ton blog. Et bien, je ne suis pas déçue du voyage! Je connais malheureusement trop bien cette affreuse maladie dont tu parles (Je travaille à l’hopital) et je voulais déjà te dire un grand bravo à ton papa, à toi et à toute ta famille pour votre soutien! Et aussi merci de ta sensibilisation au sujet de l’AVC. Aujourd’hui encore, l’AVC, c’est considerer comme une maladie de « vieux » mais malheureusement, avec nos trains de vie folichons, ça peut arriver a tout le monde! Il y a évidement des comportements à risque mais sensibiliser tout le monde comme tu le fais, c’est une superbe initiative !
    Et le combat de ton papa est une merveilleuse histoire qui redonne le sourire et de l’espoir à n’importe quel personne en situation difficile! Donc merci encore pour ton partage et ta positivité!
    Bon rétablissement à ton papa!
    Plein de bisous

    • Aurore Bird 29 octobre 2018 Reply

      Bonjour Elise ! Merci beaucoup de me suivre sur instagram ! Je suis ravie que mon blog t’es plu également. Merci beaucoup pour ton message qui me touche. Tu fais un très beau métier, les équipes médicales ont vraiment été d’un très grand soutien. Il était important pour moi de garder cette pensée positive qui je le pense est essentiel dans ces moments là. Merci encore pour ton petit message. Plein de bisous !

  • Laurielle 29 octobre 2018 Reply

    Le genre d’article qui fait monter les larmes mais qui réveille ! C’est très important d’en parler, merci à toi. Mais surtout, je t’envoie beaucoup de courage et d’amour ♥

    • Aurore Bird 29 octobre 2018 Reply

      Merci beaucoup Laurielle pour ton message. Cela me touche beaucoup. Le but était vraiment d’apporter beaucoup d’espoir dans les moments difficiles. Merci pour tout. Bisous

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • GIRLY BABY 😍 Bim le nouveau look est en ligne ! Défi relevé en partenariat avec @lookiero_fr et cette jolie robe pull glissé dans la boiboite👌pas habituée à porter du bleu marine, j'ai décidé de l'associer avec du blanc ! Vous validez 😘
📷 @b.luzynska
#fashion #mode #dress #pull #wool #lookiero #ootd #look #white #blazer #boots #fashionblogger #blogueuse #blogueusemode #blogger #bordeaux #bordeauxmaville #pink #girly
  • TEA TIME ♥️ Ok c'est dimanche, la journée cocooning ou il est 11h passé et tu es encore sous le plaid avec un bon thé 🍵 ! Tu te reconnais ? D'ailleurs je vais pouvoir prolonger ça tous les soirs de décembre avec mon calendrier @touchorganicfrance ! Trop bien 🙌
Si ça vous intéresse le calendrier est à 10€99 et vous avez -20% avec CALENDRIER20 👌
📷 @unehappycurieuse
#fashion #mode #tea #morning #breakfast #coffee #christmas #kitchen #calendrierdelavent #noel #pull #wool #deco #blogger #bordeaux #bordeauxmaville #happy #cocooning
  • WONDER 💪 parce que des fois je m'imagine bien en Wonder woman ! J'ai plein d'envies, pleins de projets en tête et je m'y accroche. Je ne lâche rien. 🙌 Alors je vous envoie plein d'ondes positives pour un bon week-end ☺️
📷 @unehappycurieuse
#fashion #mode #portrait #wonder #wonderwoman #girlpower #blonde #beauty #girl #fashionblogger #bordeaux #bordeauxmaville
  • EYEBROWS ☺️ Avant je ne me maquillais pas souvent les sourcils et on m'a montré l'impact que cela pouvait avoir sur le regard 🙌 J'ai donc testé le nouveau #tattoobrown de @maybelline  car je voulais une vraie cire pour maintenir ma ligne en place ! Il fait vraiment le job et le pinceau est parfait 👌 ! Seul point mettre très peu de matière car sinon je trouve que cela fait vite trop foncé ou marqué ! En tout cas je m'en sers au quotidien pour le moment 😘
@taspasdugloss_maybelline
📷 @unehappycurieuse
#fashion #mode #beaute #beauty #makeup #eyebrows #bathroom #hivency #maybellinefr #bordeaux #bordeauxmaville #blogger #fashionblogger #maquillage
  • ROUGE PASSION ♥️ Dernier petit cliché de ce joli look avec mon red coat offert par Gemo 💕 une petite photo inspiration pour vous dire de ne jamais baisser les bras et toujours viser plus haut pour oser faire vraiment ce qu'il vous rend heureux 😍
📷 @elyneneyrat_photographe
#fashion #mode #gemo #octolyfamily #leather #skirt #headband #gossipgirl #red #coat #redcoat #blonde #shirt #smile #happy #girly #pimkie #autumn #bordeaux #bordeauxmaville #fashionblogger #blogger
  • THALASSO 💦 Retour sur notre petit week end à deux où nous avons eu le plaisir de tester la thalasso @thalassosergeblanco et entres massages et soins d'hydrothérapie c'était vraiment le pied 😁 on est rentré ressourcé et plein de forces !!! Je vous prépare un article made in Pays Basque très vite 😘
#fashion #mode #thalasso #spa #zen #weekend #holidays #paysbasque #hendaye #travel #beauty #water #relaxation #massage #bordeaux #bordeauxmaville #blog #blogger